Pourquoi avoir inscrit l’Université de Lorraine à un concours d’orthographe ?

Depuis quelques années, plusieurs responsables de formation de l’Université de Lorraine ont pris conscience de la difficulté que rencontraient de nombreux étudiants en orthographe. Dans la mesure où cela avait des conséquences négatives, non seulement, sur leurs productions académiques, mais aussi sur leur insertion professionnelle, nous avons souhaité leur permettre de progresser. Pour cela, nous avons utilisé un outil à la fois efficace et ludique, à savoir le Projet Voltaire.

Aujourd’hui, nous avons franchi un pas supplémentaire en inscrivant notre établissement à un concours d’orthographe. Il s’agit de montrer l’importance que nous accordons à ce sujet, mais aussi de motiver nos étudiants et nos personnels. Et cette proposition a rencontré un réel succès. Ce sont ainsi plus d’une dizaine de composantes de l’Université de Lorraine qui ont proposé à leurs étudiants, mais aussi à leurs personnels, de participer à l’aventure. Au total, près de 1 700 personnes ont commencé à s’entraîner et espèrent participer à la finale du 23 mars 2018.

 

Pouvez-vous revenir sur les expériences menées au sein de l’Université de Lorraine ?

Le Projet Voltaire est utilisé depuis quelques années dans plusieurs composantes de l’Université de Lorraine, que ce soit dans les IUT, dans les écoles ou dans les facultés.

Personnellement, j’ai découvert le Projet Voltaire en 2010. En tant que responsable de la licence d’économie, j’ai profité du Plan réussite en licence pour demander à l’Université de financer l’accès à ce dispositif pour les étudiants qui le souhaiteraient. Cette première expérience, menée sur la base du volontariat, n’a pas rencontré un franc succès. En effet, les étudiants n’avaient pas conscience de leurs difficultés et ne voyaient pas l’intérêt de participer à ce dispositif.

Fort de ce premier constat, avec l’accord des équipes pédagogiques de l’ensemble des licences d’économie et de droit de Nancy, nous avons proposé de bonifier cette participation au Projet Voltaire. Les étudiants pouvaient ainsi obtenir jusqu’à 0,5 point de plus sur leur moyenne du second semestre, en fonction de leur résultat à l’épreuve terminale du Projet Voltaire. Ce bonus a eu pour effet d’accroître le nombre de participants, mais aussi et surtout, d’améliorer le niveau d’orthographe de nos étudiants. Nous l’avons observé en corrigeant les copies.

Cette expérience a ensuite été étendue à l’ensemble des étudiants de licence du collegium Droit, économie et gestion, soit près de 3 000 étudiants inscrits en 2016-2017.

 

Qu’en pensent les étudiants ?

Lorsqu’ils sont interrogés sur ce sujet, les étudiants précisent que s’ils utilisent le Projet Voltaire, c’est surtout parce qu’ils veulent bénéficier des éventuels points bonus. Mais, lorsqu’ils commencent à l’utiliser, ils s’aperçoivent, tout d’abord, qu’ils ont de réelles difficultés en matière d’orthographe, mais aussi, que celles-ci peuvent être résorbées grâce à un entraînement qui, somme toute, est assez ludique. Au final, ils progressent et nous remercient d’avoir mis cet outil à leur disposition.